Fab BxHell, vieux de la vieille du DNA…

 

Article et photos réalisés pour 

logo_base02

Le lire dans son environnement original : 

 

collage feever

 

 

Fab BxHell, vieux de la vieille du DNA…

AGENDA

by   |  on octobre 4th, 2013  |  7 commentaires

Fab BxHell, vieux de la vieille du DNA…

Il fait pour ainsi dire partie des meubles : client fidèle, DJ et désormais impliqué plus encore dans l’aventure, Fab nous plonge dans ses souvenirs pour revivre certains moments de l’histoire de ce café incontournable de la scène rock bruxelloise.

Crédits Photos: Carolyne Missdigriz

Salut Fab BxHell, t’es qui ?
Je suis un ancien client du DNA qui bosse maintenant pour tout ce qui est presse. Je suis également un des DJs ici même.

Tu es aussi un ancien pilier du bar, alors ?
On peut dire ça mais je vais jouer gentiment : je suis juste un fidèle client, je n’ai jamais soutenu le bar ni trop abusé de substances alcoolisées !

dna03

Cette année, c’est  les 30 ans de cette institution punk rock qu’est le DNA. Qu’est ce qui est prévu à cette occasion ?
Il y a cinq ans, on avait fêté nos 25 ans à la Batellerie avec plusieurs concerts, plusieurs DJs. Et cette année-ci, on a décidé de refaire l’anniversaire du DNA… Au DNA ! Au lieu de le faire dans un endroit qui finalement est assez éloigné du bar. Ça risque donc d’être un petit peu l’émeute vus le monde qui prévoit de venir et la taille du bar. Ça risque d’être une grosse soirée de folie.

Pour commencer les hostilités, nous avons le concert des Sons Of Disaster, qui en profiteront pour présenter leur nouvel album Death and Destruction. Et à partir de 22h, il y aura tous les DJs qui vont se relayer pendant toute la nuit. Il y aura le légendaire DJ Saucisse. Pour les habitués de la FNAC, c’est un vendeur de disques de là bas, haut en couleurs, assez branché 60′s, 70′s, punk rock et showman dans l’âme.

Vers minuit, il y aura ensuite un trio: les frangins Durt (NDLR: Silio et Elzo) et Fils de Piet, le tout étant assez garage et festif. Enfin, de 3h à 5h, c’est moi même, Fab BxHell qui prendrai la relève derrière les platines. À signaler : tout est gratuit ! Mais pour celles et ceux qui veulent voir le concert, arrivez tôt car je ne suis pas sûr qu’il reste beaucoup de place…

…pire que Stromae sur la Grand Place ?
Sauf qu’il y aura de la musique ce soir-là !

Le DNA a été et demeure un lieu incontournable, une institution punk rock. À quoi est due cette réputation ?
Le DNA a 30 ans, avec à peu près une quinzaine d’années de concerts derrière nous. On a eu des groupes assez sympas, notamment les Flying Eyes qui ont joué ici. Ils ont sorti un 45 tours spécial avec à l’intérieur toutes les dates de concert dont le DNA. On a aussi eu les Lords of Altamont, concert dans lequel on a été surpris de voir les musiciens des Bellrays

Il ne faut pas oublier que ce bar a été le rendez vous de tous les musiciens belges : Front 242La Muerte… Le rock bruxellois a évolué, ça reste donc toujours un endroit où tous les groupes locaux se retrouvent, tout comme nombre de musiciens étrangers qui ont pour habitude de boire un verre ici. C’est vrai qu’on est parfois surpris et on se demande comment untel ou untel connais le spot, comment il est arrivé ici. Je pense qu’on a une réputation et une ligne de conduite à laquelle on est toujours restés fidèles. On n’a pas encore passé One Direction ou Lady Gaga ! On reste toujours encore dans le côtéRock au sens large : rockabilly, punk, metal, garage… Je pense que c’est un des seuls bars du centre qui n’ait pas changé en 30 ans !

Il y a eu pas mal de changements ces dernières années. Qu’est-ce qui distingue le DNA actuel du passé ?
Il ne faut pas oublier que les gens qui venaient ici à 30 ans en ont maintenant 60. Beaucoup ne viennent plus, sont casés… Mais on a pas mal d’anciens qui reviennet régulièrement. Pour le petit historique, Mamy et Paul Fokker ont d’abord crée l’endroit. Durant des années, Mamy était une légende de la nuit bruxelloise! C’était aussi une dame qui a réussi à tenir un bar rempli de punks et de rockeurs complètement fous.

Ensuite, deux de ses barmans, Frank et Greg on repris la gestion du lieu et ont commencé la mise en place des concerts. Le DNA a commencé à prendre une autre envergure en accueillant principalement des groupes belge à ses débuts et puis ensuite des groupes étrangers et assez surprenants. Il y a eu ensuite la période de Julie et Tibo, avec de nouvelles idées mais des soucis financiers ont fait qu’il a ensuite été repris par l’équipe actuelle.

dna01

Qu’est ce qui a vraiment changé aujourd’hui ?
Rien dans l’absolu. Nous essayons davantage d’user des nouvelles structures de communication : c’est important qu’une personne d’Arlon puisse prendre connaissance des concerts et events du DNA, nous ne nous contentons plus des petits flyers qui tournent dans Bruxelles. On essaie de garder le même esprit qu’en 83 en sachant que l’on est en 2013 !

Le DNA en souvenirs : « Pour le pire « , c’est quoi ?
La fermeture. [NDLR: en Juillet 2012, qui a duré 2 mois] Nous avons tous eu chaud et mal au bide à ce moment-là. Heureusement, l’issue à finalement été bonne.

…et « Pour le meilleur » ?
Il n’y a pas très longtemps, on a eu les Casualties ici en concert, et c’était la folie totale ! En ajoutant à cela l’after qui a duré jusque très tard dans la nuit, ça a vraiment été une super soirée. Je me rappelle aussi le concert des White Flagou bien celui de 25 Ta Life… Et puis évidemment, les traditionnelles soirées avec les groupes de Bruxelles, la famille BXL Crew, les Progerians ou les Sons Of Disaster. Là, ce sont de grands rassemblements de copains. Et lorsque l’on met plein de copains dans le même bar…

La relève énergétique des kids punks de BxHell, en somme ?
Oui, ils amènent assurément une énergie fraiche au DNA, qui rebooste parfois certains anciens. Et ce n’est pas plus mal que nous, plus vieux, nous prenions un coup de pied au cul par les plus jeunes !

Un petit message à faire passer pour la fiesta du vendredi 4 octobre [ce soir] ?
Venez tous faire la fête au DNA ! En remerciant le fait que ce bar soit toujours ouvert. Je repense toujours à un morceau de Sham 69, If the Kids are United. C’est pour moi une belle représentation du DNA : parce qu’ici, on peut retrouver des gamins de 18/19 ans, avec juste à côté le gars qui en a 50, qui a vu The Clash ou les Sex Pistols en concert ; on va retrouver le rockabilly à côté du fan de hardcore, le fan de new wave à côté du metal’head etc. Tout le monde boit son verre dans une chouette ambiance, et c’est ça qui est très important avec le DNA. On reste très ouverts dans le milieu rock, que l’on essaie de partager le plus possible. Et lorsque des soirées sont de réelles réussites comme certainement celle de vendredi, c’est un super remerciement pour nous.

dna02


For Feever « La Culture sans Vaseline »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s